Les Rookies

LA FRANCHE-COMTÉNENTALE

Les Rookies

LA FRANCHE-COMTÉNENTALE

Collection par Les Rookies

8

Tours

28:34 h

470 km

6 230 m

La Franche-Comténentale n’est autre qu’un hommage, façon Rookies, de la célèbre Transcontinentale Race. Véritable légende des courses d’ultra-distance, elle emmène les cyclistes à travers l’Europe et ses routes les plus folles. Une épopée où rien ne peut se prédire à part le fait qu’on va en chier pendant pas mal de temps. De notre côté, la Franche-Comténentale n’est pas une course mais la traversée de la région qui porte le même nom, pour relier Épinal où se trouve l’atelier de l’artisan qui a fabriqué nos vélos ( Cycles Khelys ) jusqu’à la maison de tonton Gobert à Annecy. On imagine facilement des petites forêts Vosgiennes, une approche des Alpes en douceur et un finish le nez dans une pinte de la Brasserie du Mont-Blanc. Ça, c’était avant le 2ème kilomètre…Tout avait pourtant merveilleusement bien commencé, avec une arrivée par le train où nos vélos étaient soigneusement empaquetés dans des sacs poubelles suivant la méthode bien connue du « À l’arrache » mêlant sac de 240L, papier bulle et scotch de déménageur. Une esthétique à faire pâlir les plus grands couturiers mais qui nous a valu la sympathie de la contrôleuse SNCF. Parce qu’il faut bien le dire, sans y passer trop de temps, mais mettre son vélo dans le train en 2021 c’est encore une sacrée prise de tête… Bref. 13h30 le train arrive en gare d’Épinal, on déballe le matos et on revête nos montures de la bagagerie faites sur-mesure par Tangente Atelier. Yann Babelian ( l’homme derrière les Cycles Khelys ) nous attendait sagement pour débuter ce périple et pouvoir fignoler quelques réglages sur les premiers kilomètres. Le coup de pédale est dynamique, on sent l’excitation dans les mollets puis nous entrons dans une forêt, serein, après seulement 2 kilomètres. Devant nous se dresse une côte forgée dans les traces de pneu d’un engin, qui doit tourner aux alentour de 12-15%… Impraticable, même en poussant le vélo, on mesure la difficulté de l’exercice et les limites de ce qui nous semblait faisable. Yann Babelian se racle la gorge et nous dit très calmement : « Le coup de l’option VTT, c’était peut-être pas la meilleure idée. Va peut-être falloir revoir la trace si vous voulez arriver avant samedi prochain ». Avant de partir, nous avions encore une fois préparé le tracé en mode « Rookie Style ». Mise en route de Komoot, entrée du départ et de la destination puis activation du mode VTT pour être sûr d’éviter au max la route et de s’amuser en forêt. Pas faute d’avoir eu des retours bienveillant nous disant que dans ce genre de région, les sentiers VTT pouvaient être un peu plus hardcore qu’autour de Paris. Accoudé à notre naïveté, nous n’avons pas pris le temps d’écouter le conseil et avons ajouté à ce tracé quelques Incontournables histoire d’allonger la trace et de s’offrir quelques folies ( on se parle même d’un passage dans un bike park VTT… ). Sur le terrain, plusieurs ingrédients viennent nous remettre à notre place, tout d’abord le poids de notre chargement. Car comme vous le savez, nous aimons faire des images et avions envie de filmer quelques moments de ce périple. Caméra Blackmagic, drone, appareil photo et compagnies sont venus alourdir notre motivation d’environ 4 kilos. Vous rajoutez à cela une semaine de canicule et le fait qu’on ne soit pas les rois du dénivelé positif… Ok, les 465km et 8800mD+ n’étaient peut-être pas une bonne idée. Pas de panique, on se pose le premier soir autour d’une bonne bière ( fin de journée oblige ) et on lance l’application Komoot pour simplement switcher le mode VTT en mode Gravel. Résultats : 380km, 4800mD+ et un mix de petites routes, départementales et chemins/sentiers en forêts. On se regarde dans les yeux, on s’envoie une autre pinte et on fait un pacte de sang en se tailladant la paume de la main avec le dessous de verre Leffe ( ok j’ai peut-être inventé la fin… ). Notre compteur-GPS Wahoo est à jour, on ne peut clairement plus se trouver d’excuses.Cette première soirée sera fortement marquée, non pas par cette rectification cartographique, mais par une rencontre improbable dans un petit village de l’Est. Alors que nous terminons notre journée par le syndrôme de la “croquette” que d’autres aiment appeler “la bonne grosse dalle”, on découvre qu’un dimanche dans un petit village ce n’est pas si simple de trouver un commerce, d’autant plus quand le village ne compte plus de commerce depuis bien une dizaine d’années. Comme deux garçons bien sages et bien éduqués, nous demandons gentiment à des gens posés à l’apéro dans leur jardin s’ils n’auraient pas une adresse pour nous. La réponse fut cinglante : “Des bières j’en ai, alors posez vos vélos et faites le tour.” Quelques minutes plus tard, on profitait de l’apéro, du barbecue, du dessert et du digestif pour finir par dresser le bivouac dans le jardin de nos hôtes. Un très bon démarrage qui nous montre la sympathie des gens pour les cyclistes et le fait qu’on peut encore croiser, en 2021, des gens généreux et bienveillants. Le lendemain est ensoleillé, magnifique. On prépare nos affaires et on se dit au revoir chaleureusement comme si on se connaissait depuis des années. La suite, c’est des kilomètres de bonheur à traverser une région de la France que nous ne connaissons absolument pas. Des villes, des villages, des “bled” où la vie va tranquillement et qui restent figés dans une autre époque. On salue les gens, on échange quelques mots, ils nous remplissent nos gourdes “ avec de la Christaline hein, pas d’la merde du robinet” comme ils aiment nous le préciser, et on prend le temps de savourer nos pauses déjeuner 100% gastronomiques. Mais ce qu’on retient de cette semaine sur la route c’est la météo caniculaire qui nous a suivi tous les jours. La stratégie était pourtant de rouler le matin, de s’arrêter à 13h pour déjeuner et de profiter de l’ombre d’un arbre pour siester jusqu’à 16h30 et repartir finir les kilomètres jusqu’à 19-20h. Pourtant, il nous est arrivé d’être sur le vélo avec le compteur qui affichait parfois 42°C en plein cagnard sur une pente à 12%, un cadre idéal pour un Rookie comme moi qui aime profondément le dénivelé… Ironie quand tu nous tiens. La nuit nous rafraîchissait sans pour autant nous glacer et le réveil, marqué par la rosée du matin, nous donnait déjà un aperçu de ce qu’allait être la journée. Comme de bons français, on s’est donc mis à râler contre la météo tout en avouant que des conditions inverses auraient été horribles. Des routes, des chemins, des champs, des single-tracks, des cailloux. On savoure chaque kilomètre, on rends grâçe au moindre carré d’ombre, et on bénit Hutchinson pour les pneus qui passent partout et qui ne crèvent jamais. Épinal, Besançon, Moirans-en-Montagne et tous les villages traversés nous ont offert un tableau splendide de la région. Tous sauf un : Bellegarde. Que fût notre surprise quand nous avons posé les pieds dans cette ville où rien ne donne envie d’y rester. Ni les gens, ni les automobilistes qui tapent des accélérations à 90km/h dans des rues limitées à 30, ni la gastronomie, et surtout pas l’architecture… On était censé finir au bord de la rivière, nous avons préféré pédaler encore un peu pour sortir de cet enfer et trouver un spot loin de tout cela. En haut d’une butte située au milieu d’un champ, je me glisse dans mon bivy en regardant les montagnes autour de nous. Les paupières lourdes, ma journée se termine sur Moz’ qui conclut : “Le terroir putain”. À la différence de la TCR, il n’y a pas de gagnants sur la Franche-Comténentale. Nous sommes tous des finishers, heureux d’arriver à bon port et de pouvoir se noyer dans le houblon. Cette aventure est, comme souvent, porteuse de nombreux apprentissages et de fierté, que ce soit les skills, sur la gestion de l’itinéraire avec le support de Komoot, sur la gestion du matériel que l’on emporte ( un article à venir sur nos set-up pour cette semaine de bikepacking ) mais aussi sur les rencontres faites, qu’elles soient prévues ou improvisées… Cette aventure est un régal. Nous sommes à la fois fiers, nous Rookies, d’avoir fait péter les 400km et les 4800mD+ mais également très honorés d’avoir fait cela sur des montures, des pneus, et une bagagerie faites sur-mesure en France. COCORICO. Bon, pour ne rien vous cacher j’ai personnellement rendu l’âme en arrivant à Annecy avec le sourire jusqu’aux oreilles pendant que Moz’ s’envoyait encore un tour de Lac d’Annecy pour le fun ( 40km ) et surtout une montée du Col du Semnoz en Gravel ( par les chemins )… On termine cet article et notre séjour avec des brochettes sur le grill, une bière ( encore ) dans la main. Les jambes sont lourdes mais la boîte à souvenirs bien remplie. Un immense merci encore une fois aux partenaires qui nous soutiennent, aux amis qui nous charrient, aux gens qui nous suivent et nous encouragent et à tous ceux qu’on a pu rencontrer sur ce chemin. Vivement la prochaine sortie.

Carte

loading
loading

Tours et Incontournables

  • 02:04
    32,5 km
    15,7 km/h
    560 m
    500 m
  • 04:26
    67,9 km
    15,3 km/h
    820 m
    950 m
  • Inscrivez-vous pour découvrir des lieux similaires

    Obtenez des recommandations sur les meilleurs itinéraires, pics, et lieux d'exception.

  • 04:32
    85,8 km
    18,9 km/h
    580 m
    540 m
  • 05:28
    91,7 km
    16,8 km/h
    1 140 m
    760 m
  • 04:27
    61,1 km
    13,8 km/h
    1 130 m
    1 280 m
  • 02:29
    39,7 km
    16,0 km/h
    510 m
    530 m
  • 02:02
    47,1 km
    23,2 km/h
    190 m
    200 m
  • 03:06
    44,4 km
    14,3 km/h
    1 310 m
    1 290 m

Fan de cette Collection ?

Commentaires

    loading

Collection Stats

  • Tours
    8
  • Distance
    470 km
  • Durée
    28:34 h
  • Élévation
    6 230 m

Vous aimerez peut-être

Bikepacking sur le sentier Catalunya des Pyrénées
Sortie à vélo - Collection par
Katherine Moore
GBDURO — La Grande-Bretagne d’un bout à l’autre sur le GB Divide
Sortie à vélo - Collection par
The Racing Collective
Bikepacking entre l’Ardèche et les Cévennes
Sortie à vélo - Collection par
Sian
Les Rookies

LA FRANCHE-COMTÉNENTALE